Tubes abeilles du » fofo en folie  »

Juillet
Au jardin, assoiffée, la capucine baille.
Dans le cœur d’une rose une abeille s’endort.
À la claire fontaine, un geai s’abreuve encor.
La glycine est au bleu sur la vieille muraille.

Dans le ciel de juillet il n’est pas un nuage.
Le bourg fait le gros dos et lézarde au soleil.
Calme, à peine ridée, l’Indre aux reflets vermeils
Dans la fraîcheur du lit berce ses fleurs sauvages.

Phébus darde ses feux sur les bois et les champs.
Les maisons de la rive ont fermé leurs volets.
L’arbre ne frémit plus, la colombe se tait.
Ils ne s’animeront qu’à l’heure du couchant.

La plage a déployé ses rouges parasols.
L’enfant s’est endormi sur son livre d’images,
Alors que resplendit là-bas, près du rivage,
L’éclatante blondeur d’un champs de tournesols.

Heureux jours de l’été,
Sous le ciel de Touraine,
Jours de beauté sereine
Et de félicité.

Renée Jeanne Mignard

Publicités

Laisser un commentaire ;) Ca fait toujous plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s